RECHERCHE

| Samedi 19 Avril 2014

Rejoignez nous sur Face-Book  

 
 
 
   
15-06-2012-20:06 : Tunisie : Houcem et Moez Trabelsi, ainsi que Sadok Dhrif, devaient de l’argent, même au marché de gros.
AfricanManager

L’audit de la rubrique des clients et comptes rattachés, dans le bilan 2011 de la société des marchés de gros de Tunis (Sotumag) , a permis aux Commissaires aux Comptes, de relever l’existence des états des créances impayées envoyés à l’avocat pour entamer les procédures judiciaires nécessaires pour permettre leur recouvrement. Ainsi, ces états représentent les créances non réglés par les mandataires (Houcem Trabelsi, Moez Trabelsi et Sadok Dhrif) et demandés par la société « SOTUMAG SA » pour un montant global de 915 204 DT composé principalement, des redevances de loyers des locaux, des redevances dues calculées sur la base de 2% du chiffre d’affaires estimé (Moez Trabelsi et Sadok Dhrif) et sur la base de 4% du chiffre d’affaires estimé (Houcem Trabelsi) et ceux conformément aux stipulations contractuelles reliant les mandataires à la société

Sotumag, des redevances de loyers de la bascule et les intérêts de retard qui en découlent et des frais d’électricité, frais d’avocats, frais de poursuite juridique. Ainsi, il est à noter que le jugement de première instance a été prononcé le 02 mai 2012 en faveur de la Sotumag.

Les Commissaires aux Comptes ont remarqué que «la société n’a pas procédé à la comptabilisation de cet écart parmi son chiffre d’affaires et en tant que provisions sur des créances douteuses en absence d’un jugement définitif et des documents justificatifs nécessaires. Ainsi, la non-comptabilisation de cet écart n’aura pas un impact sur le résultat net de l’exercice».





 
Publicité

Document sans titre

Document sans nom