RECHERCHE

| Vendredi 19 Septembre 2014

Rejoignez nous sur Face-Book  

 
 
 
   
25-05-2012-18:33 : Les Tunisiens font confiance à Marzouki, plus qu’à Jbali et Ben Jaafar !
AfricanManager

Il semble que l’économie, la sécurité soient en tête des priorités des Tunisiens. Les résultats d’un sondage d’opinion réalisé, durant le mois d’avril 2012, par l’association tunisienne « I Watch », ont montré que 38% des Tunisiens considèrent que l’Economie devrait être la principale priorité, suivie de près par la sécurité (35%). 17% seulement ont estimé que l’identité nationale est une priorité. La surprise est là ! Seulement 10% des Tunisiens considèrent que leur priorité est la Constitution, soit une baisse par rapport au sondage effectué, durant le mois de mars de la même année. Bien que la tâche majeure de l’Assemblée constituante, élue par les Tunisiens soit d’élaborer une nouvelle Constitution pour le pays, le nombre des Tunisiens qui considèrent la Constitution comme une priorité reste minime et insignifiant par rapport aux variables de la sécurité et de l’Economie.

Au sujet du parti politique le plus proche des Tunisiens, presque tous les partis politiques ont essuyé un recul au niveau de leur popularité, le parti politique Ennahdha n’en demeure pas moins en tête. 48% des Tunisiens estiment que le parti Ennahdha est le plus proche d’eux contre 51%, durant le mois de mars de la même année. Par ailleurs, 20% des Tunisiens ont considéré que le Congrès pour la République (CPR) est le parti le plus proche contre 22% en mars. Sur le meme registre, 13% des sondés ont choisi le PDP, 10% ont préféré Ettakattol et 9% El Aridha Chaabia.

Concernant la confiance des Tunisiens à l’égard de certaines personnalités politiques à l’instar du chef du gouvernement Hamadi Jbali, Mustapha Ben Jaafer, président de l'Assemblée Nationale Constituante et le président de la République Moncef Marzouki, 43% seulement des Tunisiens disent faire confiance à Hamadi Jbali, tandis que 21% des sondés ont répondu par « Non », 21% par « peut être » et 15% par « je ne sais pas ». Par rapport au mois de mars dernier, la confiance des Tunisiens envers le chef du gouvernement a enregistré une baisse par rapport aux 46% des interrogés qui avaient dit lui faire confiance.

Pour ce qui est de l’indice de confiance à l’égard de Mustapha Ben Jaafar en tant que président de l’Assemblée constituante, 43% des sondés ont estimé qu’ils font confiance à cette personnalité. Cette confiance reste stable par rapport au sondage effectué par l’association, durant le mois de mars de la même année. Seulement, 20% des Tunisiens ne font pas confiance à Mustapha Ben Jaafar.

Le sondage a montré également que 45% des Tunisiens font confiance à Moncef Marzouki, un chiffre qui reste plus ou moins élevé par rapport à celui accordé à Mustapha Ben Jaafar ou Hamadi Jbeli. Toutefois, par rapport au mois de mars dernier, il est enregistré une baisse d’environ 9% dans le sondage précédent. Cependant, 22% des personnes interrogées ont indiqué qu’ils ne font pas confiance au chef du gouvernement.

A la question : êtes-vous d’accord avec le processus de la rédaction de la constitution? 37% des sondés ont dit qu’ils sont d’accord, tandis que 21% ont répondu par la négative. A signaler que le nombre des personnes qui ont été d’accord avec le processus de rédaction a été plus important, durant le mois de mars, où 41% des Tunisiens s’étaient déclarés satisfaits.

Sur le temps consacré à la constitution, la plupart des Tunisiens, soit environ 37%, ont estimé le temps nécessaire pour la rédaction de la Constitution à 1 an tandis que 19% évoquent 2 ans, 27% 6 mois et 17% un mois seulement. Sous un autre angle, le sondage a montré que 41% des Tunisiens partagent l’idée de réaliser un référendum sur la Constitution, alors que 19% ont considéré que le référendum n’est pas nécessaire.

Sur l’impact de la politique tunisienne dans cette phase transactionnelle sur la région, 26% des Tunisiens ont estimé que son effet est positif, alors que 22% ont estimé l’impact négatif. 11% des Tunisiens ont répondu par « Je ne sais pas »

L’Association « I Watch » a avait lancé, au mois de décembre 2011, un sondage via une campagne de messages téléphoniques et SMS. Plus de 15 000 messages instantanés ont été envoyés aux Tunisiens dans les 24 gouvernorats pour savoir leurs priorités, leurs avis et leurs suggestions. La même opération a été également conduite tout au long des mois suivants jusqu’au mois d’avril 2012, pour analyser d’évolution de l’opinion publique tunisienne.

Khadija Taboubi





 

Publicité

Document sans titre